Un bad buzz peut-il finalement avoir un effet positif sur la communication d’entreprise ?

Qu’est ce qu’un bad buzz ?

Dans le monde où nous évoluons actuellement, où le numérique évolue vite, les Nouvelles Technologies d’Information et de Communication (NTIC) sont en perpétuelles évolution et font même l’objet de qualification de « hight tech ».

Un bad buzz est donc un phénomène de bouche à oreille version numérique et qui fait le tour de tout le web. Sa différence avec un simple buzz se trouve être dans le fait que l’information véhiculée semble être négatif, ou de moquerie. En effet, un bad buzz pour une entreprise est en général une mauvaise publicité, une critique ou une histoire non flatteuse qui fait tout le tour de la toile.

Bad buzz et communication d’entreprise.

La communication d’entreprise peut être interne (dispositif de dynamisme interne) ou externe (politique de communication publicitaire). La communication externe est connue par le mot générique « marketing ». Ici, le bad buzz peut être fait de manière intentionnelle. Faire dire par un rouquin qui a essayé un shampoing colorant qu’il n’a jamais été aussi choqué d’être si laid, car seul le roux lui va (sous-entendu : la couleur marche vraiment bien car le roux ne l’est plus). Il peut être non intentionnel : un critique web ou une influenceuse a essayé un salon de coiffure ou un produit de beauté qu’elle a trouvé médiocre et l’a clashé sur le net. Mais que ce soit intentionnel ou pas, le bad buzz impact sur la communication d’entreprise et l’entreprise concernée doit savoir comment y faire et quoi faire.

Comment gère-t-on un bad buzz ?

Un bad buzz n’est pas forcément mauvais comme son nom l’indique. Certaines Star en Amérique nourrissent leurs réputations et leurs notoriétés de ces bad buzz, que ce soit intentionnel ou pas. Paris Hilton par exemple, a été lancé grâce ou à cause de sa sexe-tape qui a fait le tour de la toile en un instant. Neymar, lors de la dernière coupe du Monde a été la cible du « Neymar challenge », ce qui n’a fait que renforcer sa notoriété et augmenter son cachet. Donc, même si un bad buzz est mauvais de prime abord, plusieurs retombés, même économique peuvent découler si l’on sait  « surfer sur la vague » comme disent les experts.

Un bad buzz n’est donc pas une mauvaise chose pour la communication d’entreprise si l’on sait comment la faire retourner en faveur de l’entreprise. Une bonne équipe marketing ainsi que de bons modérateurs web sauront y faire.

Co-branding : appuyez-vous sur des entreprises complémentaires à la vôtre
Partage : où rencontrer d’autres chefs d’entreprise ?